"Kurdistan, rêve de printemps" et "Je rêve d'un pays", novembre 2016

Dans le cadre du Mois du film documentaire de novembre, deux films vous sont proposés cette année :

-  " Kurdistan, rêve de printemps " de Mikael Baudu, le vendredi 18 novembre à 20h30, en présence du réalisateur.

- " Je rêve d’un pays... " de Mary Le Bel et Sarah Farjot, le samedi 19 novembre à 17h, en présence des réalisatrices.

 

- le vendredi 18 novembre à 20h30 : "Kurdistan, rêve de printemps ". Partis de Diyarbakir, capitale du Kurdistan de Turquie - un pays qui essaie de tourner avec difficulté la page des années de guerre avec l'armée turque - Gaël Le Ny, membre des amitiés kurdes de Bretagne et photographe, découvre les camps de fortune où les réfugiés ont vécu ce que représente l'humanité lorsqu'elle revêt sa forme la plus sombre, avant d'arriver sur la ligne de front où les Kurdes de Syrie combattent Daesh. De jeunes femmes et hommes luttent pour repousser la barbarie et créer une nouvelle démocratie qui accorde à chacun une place égale quel que soit son sexe, son origine ethnique ou sa religion. C'est ce qu'ils appellent « le printemps kurde ».

Mikaël Baudu, réalisateur, nous présentera son documentaire - tourné à la frontière turco-syrienne - et animera le débat en fin de projection.

Sur réservation au 02.97.75.18.15

 

- le samedi 19 novembre à 17h : " Je rêve d’un pays... ". Ils viennent de Syrie, de Guinée et du Cameroun, ont entre 15 et 55 ans. Qu’ils aient fuit la guerre, un mariage forcé, des pressions politiques ou rêvé d’être footballeur, ces hommes et ces femmes, par choix ou par contrainte, vivent en France. Quel regard portent-ils sur leur parcours et leur quotidien ? Comment envisagent- ils leur devenir ? Avec sincérité, humour et gravité, ils nous livrent leur histoire.

Les Passeurs d’images et de sons présentent un moyen métrage de trois portraits, réalisé par Mary Le Bel et Sarah Farjot :
- Ayé et Oussmane, “J’ai demandé asile” Ils viennent tous les deux de Guinée et se sont rencontrés en France. Ils ont obtenu la nationalité française à leur grand soulagement : leurs enfants nés sur le territoire n’auront pas à subir la peur et la crainte du contrôle d’identité.                                                  

- Rimaz et Lelaf, “FLE, Français langue étrangère”. Elles sont mineures, viennent de Damas et d’Alep et ont tout quitté pour fuir la guerre. Arrivées en France courant 2015, elles maîtrisent déjà le français et rêvent de devenir architecte et médecin afin de pouvoir reconstruire leur pays.

- Emmanuel Moungoue, “On va vous ramener chez vous”. Emmanuel quitte le Cameroun à 18 ans pour devenir footballeur professionnel à Créteil. Son rêve se brise lors d’un de ses tout premiers matchs. Bien décidé à rester en France, il fait sa vie et est sur le point de devenir père, quand sa situation de sans-papiers le rattrape.

Le film sera suivi d'une lecture de poèmes par Julie Simon-Titécat dont vous pouvez découvrir les oeuvres actuellement au Pass'temps. Elle sera accompagnée à l’accordéon par Florian Darcel, pour la lecture d’un poème touareg. Un moment de grâce à ne pas manquer !

Bande annonce du documentaire : ici

 

 

Aller au haut